semaine d’entrainement 4

La semaine dernière était la dernière du « groupe » Force/PMA, autrement dit, c’est pas le plus facile. Au programme, 4 séances.

Lundi : Repos

Compte-Rendu : il faut bien profiter de se reposer un peu !

Mardi : 1h30 de course à pied, tout en i.2 avec, après l’échauffement, un premier bloc de 8 fois 1 min/1 min,  puis 3 minutes de récupération, puis 10 fois 30’/30′, puis 3 minutes de récupération, puis enfin, 8 fois 20′ / 40′, et finir tranquillement.

Compte-rendu : Sorti un peu tard du travail, je me rappelle que Noostromo a recemment testé le stade Jean-Bouin à Issy-les-moulineaux, et qu’en plus, celui ferme à 23h, soit une heure de plus que le stade Suzanne Lenglen. Parfait donc pour ma sortie de la soirée. Arrivé sur les lieux, effectivement l’éclairage n’est pas très fort, mais le stade de foot annexe permet un minimum de luminosité. Après quelques tours d’échauffement, je commence mon premier bloc. Tout se passe bien, parti un peu trop vite mais rien de bien méchant. Puis, j’enchaîne sur 3 minutes de récupération, entre temps, le stade annexe s’éteint, me voilà dans le noir.

Details

i’m doping free !

doping free logoEn découvrant la revue « sport & vie », j’ai découvert un dossier complet sur la lutte anti-dopage et l’introduction du passeport biologique, étapes par étapes, avec l’explication des ruses potentiellement utilisables par les athlètes pour le contourner et rendre des résultats « dans les normes ». Il y a aussi dans cette revue quelques pages relatives au dopage exclusivement. Ils y expliquent comment tels ou tels sportifs, connus ou non, s’est fait pincé bêtement ou non. On y trouve aussi comment tel athlète aurait pu se défendre par rapport à un contrôle anti-dopage positif à tel ou tel substances.  A la lecture de ces lignes, on se dit trop facile « ahhh le débile ! forcement, il a fait n’importe quoi c’est normal qu’il se soit fait avoir ! » mais après réflexion, le constat est plus nuançable. En effet, plusieurs substances dopantes se retrouvent en petites quantités dans des produits trouvables un peu partout un peu trop facilement.

En rentrant du week-end ski organisé par le CE de mon entreprise, Clément, mon collègue de raid, m’interpelle sur un article qu’il lisait en direct sur son iphone. Cet article, lisible ici, traite du dopage dans le sport amateur. Un peu choqué qu’il m’en parle genre « et toi alors ? tu prends quoi ? », ce fût l’occasion d’en discuter.

Details

des news du front !

Quelques news à mon sujet… des bonnes, des moins bonnes…

Premièrement, pas de Prolog du raid Grenoble INP ce week-end, et donc, pas de raid Grenoble INP au mois de mai. L’explication est assez simple, l’équipe que j’ai jointe a mis du temps à valider son inscription (normal, il manquait une personne) et donc, on a fini sur la liste d’attente. Il n’y avait que 70 places disponibles et 75 équipes inscrites à la date limite d’inscription. On aurait pu espérer que les 5 équipes de la liste d’attente puissent finalement participer au prolog, vu que de toute façon, seules 30 équipes seraient qualifiées pour le Raid, mais non. Il nous a fallu attendre quelques désistements pour obtenir un « go » de l’organisation mercredi, bien trop tard pour s’organiser correctement.

Details

semaine d’entrainement 3

Et hop ! une 3e semaine passée… rondement menée ! Comme d’habitude, au programme, 5 séances… plus ou moins dures !

Lundi : Repos

Compte-rendu : ça, c’est cool !

Mardi : 1 h 30 de course à pied, tout en i.2 avec au milieu, 10 à 12 fois 1 minute en i.4 avec une minute de récupération entre. C’est du fractionné 1min/1min, mais sur un rythme un peu plus fort.

Details

montée du crôt 2011 – ma première compétition de ski alpinisme

montée du crôt - l'affiche

Lorsque l’on fait du  ski de randonnée ou du ski d’alpinisme, on n’utilise pas de remontée mécanique, mais, au contraire, on gravit les montagnes en équipant ses skis de « peaux de phoque » avant de les redescendre dans un style alpin.

Généralement, on désigne par « ski de randonnée » l’activité loisir qui en découle, et la compétition par « ski d’alpinisme ».

Il existe alors plusieurs formes de compétition :

  • la verticale race, qui comme son nom l’indique est une montée sèche.
  • Le sprint, épreuve toute nouvelle, sur le principe du 4X.
  • L’épreuve individuelle, l’épreuve reine, avec pas mal de dénivelés, des passages où l’on porte les skis …

La montée du crôt

Cette épreuve « verticale race » s’inscrit dans le cadre du challenge « mountain ski tour », challenge regroupant plusieurs compétitions de ski d’alpinisme. Au programme, 650 m de dénivelé positif à réaliser le plus possible.

Après une inscription par téléphone depuis Paris, me voilà inscrit grâce à ma licence du CAF du Leman. Étant donné que c’est ma première du genre, je ne m’attends pas à faire des exploits, surtout avec le peu d’entrainement que j’ai dans ce domaine.

Details

semaine d’entrainement 2

La semaine était la seconde concernant ma collaboration avec mon coach, Alain Roche. Le thème était le même que celui de la semaine précédente : Foncier / PMA.

Pour rappel, tout le travail se fait sous différents niveaux d’intensité cardiaque :

  • i.1 : 65 à 70 % de la FCMax
  • i.2 : 70 à 80% de la FCMax
  • i.3 : 80 à 90% de la FCMax
  • i.4 : 90 à 95% de la FCMax
  • i.5 : 95 à 97% de la FCMax
  • i.6 : 97 à 100% de la FCMax
  • i.7 : 100% de la FCMax…

Autant dire qu’il y a des intensités, suis même pas sur de pouvoir les atteindre !

Au programme de la semaine, 5 séances…

Details

semaine d’entrainement 1

Suite à un précédent article, je vous faisais part de ma faible motivation à m’entraîner, et de mon impression de voir mon niveau régresser petit à petit… Après avoir pris connaissance de vos réactions (merci encore à vous pour vos contributions), j’ai pris la décision de travailler avec Alain Roche, aussi coach de l’ami Tercan. Le but, mieux planifier mes entraînements, autant au niveau horaire que de la charge de travail et continuer à progresser.

Cette semaine était donc la première, sous ce nouveau mode de fonctionnement. Le thème : Foncier / PMA.

Tout le travail se fait sous différents niveaux d’intensité cardiaque :

  • i.1 : 65 à 70 % de la FCMax
  • i.2 : 70 à 80% de la FCMax
  • i.3 : 80 à 90% de la FCMax
  • i.4 : 90 à 95% de la FCMax
  • i.5 : 95 à 97% de la FCMax
  • i.6 : 97 à 100% de la FCMax
  • i.7 : 100% de la FCMax…

Autant dire qu’il y a des intensités, suis même pas sur de pouvoir les atteindre !

Details