le tour de Paris en velib

vélib

Dimanche à 16h, je ne sais pas trop pourquoi, mais j’ai décidé de me lancer dans un « vieux rêve » … Faire le tour de Paris en vélib. Le but était surtout de faire un peu de vélo, un peu plus longtemps que les 15 minutes de vélib fait matin & soir pour aller au travail. L’autre but était aussi de voir si je pouvais me balader en vélib sans connaitre le coin et pouvoir trouver une station vélib avant la fin des 30 minutes fatidiques.

Le départ est donné à proximité de mon logement, et direction la porte de Versailles et le boulevard longeant la ligne T3 du tram. Fort heureusement, le tram circulant dans le même sens que moi arrive au moment de mon passage, je le suivrai alors jusqu’au terminus.

Après, la construction du prolongement du tram aura comme principal désagrément la disparition de la piste cyclable. Va donc falloir rouler au milieu des voitures, qui n’ont toujours pas intégrer les vélibs dans leurs plans de circulation. Les piétons non plus d’ailleurs, le nombre de personnes prenant les pistes cyclables pour un trottoir se compte sur les doigts de pleins de mains !

Details

rocher de naye – via ferrata & grotte

Le week-end dernier, Mat’ me proposa un petit tour du coté du rocher de Naye, sur les hauteurs de Montreux, sur les bords du Leman en Suisse.

Le programme était de tenter la via-ferrata, classé TD+, soit un peu plus que Très Difficile… Le dernier échelon avant ED (Extrêmement Difficile). Mathieu vient de récupérer l’usage de son pied, triplement fracturé suite à une chute en moto. De mon coté, je souffre de la voute plantaire du pied gauche…. Autrement dit, pas la grande forme avant d’attaquer ce mur !

Après une approche d’environ 3,5 km et quelques 300 m de dénivelé positif, on arrive en bas de la via. Ma patte me fait mal déjà, on décide alors d’y aller tranquillement, sans stress ni pression et en prenant notre temps. La via commence par un joli mur bien vertical où on est mis dans le bain directement… Ca tire sur les bras et faut pas hésiter à se jeter sur les prises suivantes pour les attraper. Autrement dit, si tu fais moins d’1m70, ca va être compliqué par endroit.

Viens ensuite un petit pont de singe pas facile à passer et une longue traversée de paroi, avant de remonter le long d’une faille. Ici, on prendra l’échappatoire, pas question de trop tirer sur mon pied, déjà que je penses en avoir fait trop à ce sujet…

Details

kang-yatsé II – l’ascension

Premièrement, je tenais à souligner que je ne voulais pas partager cette expérience, elle devait rester entre moi, le guide et la montagne… Pourquoi ? Parce que je pensais que c’était une expérience personnelle, qui se vit, qui ne se raconte pas. De plus, je ne voulais pas engendrer une course à la performance du genre « il a fait 6000 m et c’était facile, je peux faire mieux ! »

Après une longue réflexion, je me suis dit qu’en faite, c’était débile de ma part d’être si fermé. Voici donc mon petit récit…

C’est en inde que j’ai décidé de me lancer dans ma première expérience d’alpinisme, enfin, je ne pense pas que ce mot s’applique vu que l’on n’est pas dans les Alpes mais l’idée est là. Après avoir pris des cours d’initiation et de perfectionnement à Chamonix, je ne débarque pas totalement dans l’inconnu du coup. De plus, Nima, mon guide , est rompus aux ascensions au Népal, même si j’ai conscience que les standards européens de sécurité ne sont pas les mêmes en Inde, il va donc falloir que je m’adapte sans trop faire de concession.

Arrivé sur le camp de base, le temps n’est pas au rendez-vous… On sait que l’on va passer 3 journées sur place, une pour arriver sur place, une autre pour l’acclimatation et la dernière pour l’ascension… Cependant, si le temps change assez vite, on supprimera la journée d’acclimatation, histoire de ne pas risquer de louper l’ascension, ça serait quand même bien bête !

Dans l’après-midi, les nuages et le brouillard se lèvent, cela annonce une belle nuit étoilée et un départ possible de nuit. On se met alors d’accord sur 2 horaires possibles de départ : 5 h 30 et 11 h 30… Étant donné que l’on doit monter 1 200 m de dénivelé dans une neige plutôt fraiche sans aucune trace, le temps de montée sera supérieur à 5 h et la nuit tombe tôt.

Details

cours de glace à Chamonix – journée du dimanche

Dimanche matin, rebelote, rendez-vous à Chamonix à 8 h 30. Cette fois-ci, c’est à la gare de Montenvers, pour prendre le train qui mène à la mer de Glace.

J’arrive forcement bien en avance, mais j’arrive à me mettre en retard, faute de pouvoir trouver un sandwich un dimanche matin dans Chamonix, du coup, ça sera un bon saucisson et une baguette.

Le programme du jour annonce :

Alpinisme

Dates : 30 mai 2010 – 30 mai 2010
Durée : 1  jour(s)

Cette journée organisée dans le massif du mt Blanc sera consacrée au rappel des notions de base en technique de glace et de neige : encordement glacier, raccourcissement de corde, technique de cramponnage, maniement du piolet. Un accent particulier sera mis sur les techniques de mouflage et de sauvetage qui vous seront utiles en ce début de saison pour vos ascensions en tant que responsable.
Ce cours pourrait être la suite de celui du 29 mai.

Niveau physique : relax
Niveau technique : Expérience de base

Details

cours de glace à Chamonix – journée du samedi

En cherchant une carte du type « IGN » de la région du Ladakh en Inde, où je me rends pour faire un trek et une ascension pendant 12 jours, je suis tombé par hasard sur le site d’un guide de haute montagne suisse. Il propose 2 cours sur un weekend (cours de base et cours de perfectionnement). Ce samedi, cela sera donc le cours de base :

Cette journée, probablement organisée dans la région de Chamonix, sera consacrée au rappel et à la découverte des notions de base en technique de glace et de neige : connaissance du matériel, encordement glacier, marche sur glacier, maniement du piolet, maitrise de glissade… Bref, tout ce qui vous sera utile en ce début de saison pour vos futures ascensions dans les Alpes.
Ce cours de base peut être combiné avec celui de perfectionnement le 30 mai.

Niveau physique : relax
Niveau technique : Sans expérience alpine

Details

trail des allobroges – reconnaissance de la seconde partie du parcours

le trail des allobroges9 h, rendez-vous à Lullin avec Cyril de Tercantrail et son frère Nicolas. Cyril avait proposé de faire la reconnaissance totale du parcours en 2 fois, sur 2 vendredis espacés de 15 jours, avant le trail. Fort heureusement pour moi, le second vendredi s’est transformé en samedi, et j’ai donc pu les accompagner faire ce petit (grand ?) tour en montagne.

9 h 15, c’est le départ, vêtu de nos habits de sportifs et équipé de notre sac à dos… ahh ben non en faite, les piles du GPS sont à plat, l’achat est inévitable, sinon, on va vraiment galérer à trouver notre chemin. Direction le 8 à 8 qui est ouvert ce samedi 8 mai.

9 h 20, c’est donc parti… direction le Brevon, le cours d’eau local qui traverse la vallée pour aller jusqu’au pont de Marphoz. Ce bout de parcours est hors sentier, on passera par où l’on peut passer.

Details

Première randonnée de l’année

Dimanche matin, levé 9h pour parler à mon frère sur skype et lui raconter mes exploits, je me rends compte que mes jambes tirent un peu. Cela sera cependant acceptable pour passer à la 3e étape du weekend, la randonnée en compagnie de Julie.  Voulant faire une pierre deux coups, je lui propose d’aller nous balader du coté de la pointe d’Ireuse, montagne culminante à 1890 m, sur le parcours du trail des Allobroges. Ce trail est ma prochaine échéance dans mon programme 2010, le plus gros morceau d’ailleurs !

Le rendez-vous est fixé à 11 h au stade d’Allinges. Je ne la retrouverai qu’à 11 h 15, à cause d’une course de vélo qui tourne autour de la maison de mes parents, et l’école primaire, le stade et la châtaigneraie. Une boucle d’environ 1 km, où la circulation devient presque un enfer. Pour un dimanche matin, c’est rude !

Details