Lausanne marathon 2010

Ca y est ! j’ai officiellement bien mal aux jambes… mais je crois que cela vallait le coup. Petit retour en arrière de ce week-end, sur l’un des 10 plus beaux marathons du monde. Vendredi soir, après avoir quitter le travail et rejoint la gare de lyon en vélib, je me vois attendre mon TGV pendant 20 minutes. La menace de sa suppression est plus que présente parmi les voyageurs qui attendait. Après être parti, le TGV fera 150 m et attendra de nouveau plusieurs longues minutes avant de se lancer enfin sur les rails. Finalement, j’arriverai avec un peu moins d’une heure de retard à Genève. A l’arrivée, mon frère me propose de rejoindre les copains en boite de nuit, pour l’anniversaire de Steven, un copain militaire en perm’. A 4h du matin, Steven m’annonce : « dimanche tu fais le marathon ? ok ? je viens ! » A ce moment là, je n’y crois pas trop, 4h du matin, 4 grammes d’alcool… voilà quoi.

Details

marathon, 2500 ans d’histoire !

Nous sommes en 490 avant Jésus-Christ, le 13 septembre, il y a donc pile-poil 2500 ans. À environ quarante kilomètres d’Athènes, dans la plaine de Marathon, l’armée Perse de Darius affronte les soldats athéniens, beaucoup moins nombreux. La défaite des Athéniens semble la seule issue du conflit.

Pourtant, les Grecs vont finalement contraindre les Perses à la retraite. Un messager, un homme habitué à parcourir de longues distances à la course, est alors envoyé à Athènes pour annoncer la bonne nouvelle. Il s’appelle Philippides, franchit la distance sous un soleil de plomb et parvient, épuisé, à l’agora d’Athènes où les tribuns attendent impatiemment des nouvelles de la bataille. Avant de s’effondrer, il ne prononcera qu’un seul mot : « nikikamen. » (Nous avons vaincu). En annonçant cette incroyable victoire, sauvant ainsi Athènes, il rendit son dernier souffle.

Réalité ? Légende ? La question reste ouverte …

Details

20 km de Lausanne – édition 2010

Samedi après-midi, après avoir été snowboardé la matinée, je me rends en compagnie de mon petit cousin à Lausanne. Je dois participer à l’épreuve des 20 km, formant une boucle à travers la ville, autant connue pour son accueil du siège du CIO que des pentes qui parsèment ses rues. D’ailleurs, par endroits, on se croirait vraiment à San Francisco, surtout lors de belles journées ensoleillées.
Après une grosse heure de route, nous arrivons sur les berges du Leman et trouvons tant bien que mal le parking et le départ. Il faut dire que ma connaissance de Lausanne reste à améliorer, malgré mes 6 mois d’études dans cette ville. Après avoir retiré mon dossard en quelques secondes, grâce à un dispositif au top, je file récupérer le t-shirt offert pour la participation à la course. Là, cela s’annonce plus compliqué, je ne trouve pas mon chemin du premier coup, et cherche tant bien que mal le bon stand dans le village « sponsor » de l’organisation.

Cette année, le maillot est vert pal, avec des inscriptions beiges, j’aime beaucoup. D’ailleurs, j’ai décidé de faire la course avec.
Après avoir bu un coca-cola à la buvette (quoi, comment ça pas une bière ? Nan, mais faut rester sérieux quand même…) je retourne à la voiture me changer, et quitte mon cousin par la même occasion.

L’échauffement…

J’adresse un bon point à l’organisation, pour avoir mis à disposition plusieurs terrains de foot pour les sportifs. Au moins, j’aurai pris mes marques directement pour m’échauffer, toujours de la même façon, celle que j’ai apprise lors de mes longues années de footballeur.

Details