pomoca race pro

Tout savoir sur les peaux de phoque

Le terme « peaux de phoque » vient du fait que les premiers modèles (avant 1930) utilisaient de la véritable peau de phoque. Cette peau était très appréciée, car les poils courts, tous orientés dans le même sens, permettaient une bonne glisse dans un sens, et une très bonne retenue dans l’autre sens. À partir des années 1930,…

Details

Col de Planchamp d’Oche – 1996 m

le col de planchamp d'ocheJeudi, me propose une sortie randonnée à ski dans les environs. Le lieu n’est pas encore précis, mais il devrait tourner autour du vallon d’Oche. C’est donc directement sans trop réfléchir que j’accepte la sortie. Finalement, le pas de Darbon se transformera en col de Planchamp d’Oche, entre le château d’Oche et la Dent d’Oche.

Le départ est donné un peu tardivement, vers 9 h 20, depuis le bas des pistes des skis de Bernex, direction la Fetuière. On prendra à gauche à travers les bois direction les chalets d’Oche. En gros, c’est le chemin inverse de celui réalisé lors de la sortie raquette avec la Runnosphère jusqu’aux chalets d’Oche avant de poursuivre la route vers le col. Le vallon est d’une beauté rare, recouvert de son manteau blanc. C’est la première fois que je le vois ainsi. Ça faisait partie de ma liste « à faire avant de mourir », voila donc un item en moins. 

Details

randonnée au château d’oche (2 197m)

chateau d'ocheDepuis mon retour au Chablais et de la CCC, il était plus ou moins prévu que j’arrête provisoirement de faire du sport. Cependant, mon frère me lance un « on monte à la dent d’Oche ? ». Bien sur, j’accepte direct… en cours de route, et vu le monde à la Fétuire, lieu de départ de la randonnée, on décidera de changer la destination finale pour le château d’Oche.

Details

L’entraînement en pleine nature : Conseils de préparation aux sports outdoor

L'entraînement en pleine nature : Conseils de préparation aux sports outdoor

Après le tocard sur le toit du monde, voici un nouveau livre dévoré en moins d’un week-end… Reçu vendredi soir, j’ai profité d’un aller-retour en TGV pour prendre le temps de savourer les conseils de Véronique Billat.

Très bien argumenté et facilement lisible sur la plupart des sujets traités, ce livre s’adresse néanmoins à un public averti. Les termes barbares scientifiques se succèdent souvent au fil des pages.

Le livre attaque directement par l’évaluation de la condition physique du sujet en situation réelle, puis de l’influence de l’environnement outdoor sur la performance physique et la définition d’objectifs en rapport avec sa forme et l’environnement. Je ne vous cache pas que j’ai été vraiment studieux sur la partie parlant de l’influence de l’altitude sur les performances. Depuis mon séjour du côté de l’Himalaya indien, j’avais plein de questions qui étaient restées sans réponse à propos de ma fréquence cardiaque, mes VMA verticales suivant l’altitude et mes maux de tête… Toutes mes questions n’ont pas forcement trouvé de réponse, mais j’ai un peu avancé sur ce sujet. En parlant de VMA verticale, c’est LA variable utilisée en complément de la VO2Max pour caractériser le sujet dans cet ouvrage. J’avais découvert il y a quelques mois cette variable, me demandant pourquoi on ne la voyait pas apparaître un peu plus souvent sur les blogs / revues spécialisées. D’ailleurs, je vais surement baser mon entrainement 2011 sur cette VMA verticale.

Details